La tisseuse

C’est une passeuse de temps qui tisse la nuit et le jour, une passeuse de vie, une passeuse d’amour. Assise, les jambes pendantes dans le vide du ciel bleu sombre de la nuit, elle pêchait les étoiles. Appliquée, elle les attrapait une par une et les posait avec délicatesse dans un panier de brume.

Heureux qui comme Ulysse a fait un long voyage.

Heureux qui comme Ulysse a fait un long voyage... Oui ben là, il a bien fallu rentrer, tuer les prétendants, reprendre son poste de roi. Et reprendre le train-train quotidien. Au début, c’est sûr, c’est reposant ce calme mais à la longue ça fait un peu « maison de retraite ». Et puis, il y a aussi autre chose. Ulysse a navigué sous le soleil, d’où sont teint hâlé, il a dû affronter les éléments, combattre l’adversité, la colère des dieux. C’est donc un homme superbe, bronzé, musclé, au charisme rayonnant, qui est rentré de ce périple. Pénélope, elle, n’a pas vu le soleil pendant toutes ces années. Elle brodait le jour, débrodait la nuit. Un teint blafard, des larges cernes, des bras chauve-souris, la fesse flasque, le ventre rebondi, la femme vieillie, alors que lui…

Le râleur

Comme tous les matins, je traversais le cimetière pour aller à l’école. C’était un super raccourci pour m’y rendre. J’aimais ses allées fleuries, quelquefois ensoleillées, quelquefois luisantes de pluie. Comme tous les matins, j’y croisais Monsieur et Madame Cousin qui profitaient du calme de la matinée pour se promener loin de l’agitation et des turpitudes de la ville.

Moije

C’était à n’en point douter la sorcière la sorcière la plus stupide, la plus imbue de sa personne de tout le sabbat. Petite, grassouillette, elle laissait ses cheveux roux filasses à l’abandon sur son crâne en pain de sucre. Non, elle n’était pas laide, belle ? faut pas pousser. Non, elle était juste insignifiante mais avec intensité. Sa longue robe noire toujours plus près de son corps à mesure que ses bourrelets s’intensifiaient, lui donnait l’air d’un chaudron resté trop longtemps sur le feu.

Après la Bataille

Après la Bataille Il était étendu sous un arbre centenaire. La bataille avait été rude. Les coups assénés avec férocité et désespoir par des guerriers aguerris l’avaient meurtri et épuisé. Après la bataille, il s’était effondré sous cet arbre à moitié brûlé, il s’était endormi au milieu des cadavres dans un paysage de désolation. On entendait ici et là, des gémissements, des appels à l’aide, des cris de douleur, certains appelaient leur mère.

La Trapéziste

C’était une assiette, une belle assiette de porcelaine. Elle vivait ou plutôt vivotait dans un immense vaisselier. Oh, elle n’était pas seule. C’était même particulièrement encombré. Cependant, elle n’était pas heureuse, elle avait un rêve, un joli rêve. Elle aurait voulu, là de suite, devenir trapéziste.