Elle

Désormais elle savait, elle en était sûre, « ils » l’avaient suivie. Quelques semaines après son emménagement dans son nouvel appartement au 6ème étage de cet immeuble récent, elle les avait vus à la fenêtre, leur vilain nez écrasé contre la vitre.

Puis, le bruit des meubles qu’on pousse, qu’on déplace la nuit, ces bruits s’arrêtent à 3 heures du matin pour reprendre à 23 heures le jour suivant. La musique à fond et les basses qui tambourinent contre la cloison… l’enfer au quotidien.

Alors elle a baissé les persiennes, se contraignant ainsi à vivre dans l’obscurité, une faible lueur éclairant sa pauvre vie. Mais les bruits se sont amplifiés, allant jusqu’à frapper contre sa porte ou s’accrocher à sa sonnette.

Mais c’est décidé, elle allait contre-attaquer. D’abord dépôt de plainte auprès du syndic’. Elle allait les calmer tous ou les faire virer, les obliger à quitter les lieux.  Elle sait que si elle s’installe ailleurs, très vite, ils la retrouveront. Cette fois-ci, non, elle ne fuira pas. D’abord, le nuisible du dessus. Elle s’arme de courage et va sonner chez lui. Un gars lui ouvre, souriant, condescendant. Il lui explique que non, il ne pousse pas ses meubles pendant la nuit. D’ailleurs, il rentre de vacances et que son logement est vide depuis deux semaines. Il lui explique que c’est « tout béton ici », et que bien sûr, on ne peut pas identifier avec certitude la source du bruit…

Mais c’est lui, elle en est sûre. Lui, c’est l’un des démons qui lui bousillent la vie. Lui, elle le sait, Lui, elle le hait !

Du reste, elle abreuve le syndic de mails de réclamations. Mais il n’est pas seul ! Elle a identifié la blondasse du 2ème, oui la musique c’est elle. Elle qui ose prétendre que travaillant toute la journée et rentrant tard de surcroît, elle « n’a guère le loisir d’en écouter ». La menteuse !

Oh mais les mails de protestations auprès du Syndic’ l’obligeront à partir, tout comme son complice du 7ème, le taré du 4ème et le sadique du 3ème et la famille du 2ème et ….

Le Monsieur du Syndic est venu, lui a expliqué que des mails avaient été envoyés aux locataires incriminés, que tous ont été surpris et ont attesté de leur innocence. Qu’elle devait comprendre que peut-être les occupants de l’immeuble n’y étaient pour rien. Et que peut-être, elle pourrait se faire aider par un spécialiste, un médecin. Que peut-être elle était surmenée.

Alors folle d’une rage impuissante, elle l’a viré de chez elle. Le salopard, l’idiot ! qui ne me croit pas. L’ordure qui les laisse me maltraiter. Mais elle va réagir !!!

Depuis quelques temps, lorsqu’elle croise les autres locataires, ils la toisent une ironie certaine dans le regard. Certains même, la regardent avec une pitié non feinte.

Oui, ils la prennent pour une folle, une cinglée, une faiseuse d’histoire !

Mais, elle a rêvé ces visages à sa fenêtre ? Les bruits, les rires, et la musique tonitruante, elle a rêvé peut-être ? Non elle n’a rien rêvé, rien inventé. Rien !

Un soir de lassitude et remplie d’amertume, elle s’est couchée espérant la consolation d’un repos réparateur et surtout, une nuit d’oubli. Elle s’était posé des boules Quiès pour ne pas entendre, elle a pris un calmant pour glisser dans le sommeil.

Allongée sur son lit, dans un demi sommeil, elle a entendu la porte du placard grincer, puis deux yeux jaunes et des crocs menaçants sont sortis lentement, un monstre velu, le croquemitaine de son enfance s’est approché d’elle. « Il est temps ! »

Son silence a fini par inquiéter les autres locataires qui ont prévenu le Syndic qui a dépêché la maréchaussée. Vide, l’appartement était vide, personne ne l’a vue sortir, ni partir. Rien, pas de sang, pas de traces, rien. Un peu comme si elle s’était évaporée…

Peu à peu même son souvenir s’est effacé. L’appartement a été rapidement reloué.

Le petit Paul du 2ème a peur des « drôles de z’yeux » du monsieur du 6ème.

Depuis quelques temps, Paul entend des bruits de meubles qu’on pousse au milieu de la nuit, l’enfance sûrement…

Un commentaire sur “Elle

  1. Superbe ,parfois vrai dans la triste réalité de la promiscuité à la fin de l’histoire je me retrouve avec le plaisir que j’avais quand j’étais petite et que j’écoutais des histoires qui me faisaient peur Merci pour ce bon moment

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s