Sororité

 Sororité

J’observais l’autre soir sur une chaîne télé une vieille actrice, au talent moins certain que sa connerie et sa mesquinerie, demander à une petite mère courage de la politique si « elle avait lu le livre qu’elle venait d’écrire et ce qu’elle en pensait ». Cet air vicieux et perfide qu’elle arborait la vieille peau !« Madame, avez-vous lu le livre que vous venez d’écrire ? »

 ça c’est pas une question qu’elle aurait posé à l’autre, si, l’autre, vous savez, celui qui fait du tourisme dans toutes les dictatures du monde, et qui nous les ramène à domicile pour prouver  au monde entier que l’esprit de Vichy n’est pas mort.

Vous vous souvenez ? « Maréchal, nous voilà » allez, en chœur…

Bref, ce regard m’a glacée. Je me suis dit : « Jusqu’au bout, on lui aura tanné le cuir jusqu’au bout ».

 Dingue, les femmes en politique, j’sais pas ailleurs, mais chez nous elles s’en mangent plein la tête !

 « Et pourquoi, vous n’avez pas ? »

« Et pourquoi, vous avez ? »

 Dis donc, c’est sûr qu’avec une paire de couilles, on pose moins de questions…

 Je rêve tiens,

 « Et pourquoi, tu brades la France ? »

« Et pourquoi tu bichonnes les fachos ? »

« E pourquoi, tu nous emmerdes avec ta vie privée ? »

« Et pourquoi, tu secoues le tapis et que tu t’octroies tout le bénéfices du boulot des autres ? »

« Et pourquoi tu fous en l’air l’Europe en te, que dis-je, en nous fâchant avec nos partenaires ? »

Bref, la liste est longue et ne semble pas vouloir s’arrêter.

Et pourquoi dis ?

Pourquoi, vous n’aimez pas les femmes ?

 Si, j’entends, vous les adorez oui…à leur place séculaire, au foyer, torchant les gosses, entre le fer à repasser et la cuisinière.

Les femmes en plus d’un petit boulot (faut pas déc’, une femme s’est fait pour obéir), disons quarante heures par semaine payées trente cinq, les femmes ont la chance de pourvoir cavaler après leur journée de travail, les dossiers sous le bras pour récupérer, les gosses à l’école, la garderie.

 La chance de passer vite fait acheter à bouffer, la chance de surveiller les devoirs tout en préparant la pitance du soir, la chance de donner le bain tout en écoutant out son petit monde lui raconter sa journée, et le " grand" de regarder  attendri ou bourru, bobonne continuer sa besogne..

 Besogne qu’elle finira fort tard dans la nuit…

Mais bon, jene vais pas entamer le registre de la cocue magnifique. Mais simplement m’étonner que même, et surtout, les femmes sont féroces pour celles qui se battent pour le changement, celles qui veulent que la condition féminine ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

En effet, qui parle de condition masculine ?

 Les femmes sont plus misogynes et plus machos que l’armée des loosers servant la soupe à plus fort qu’eux.

Les femmes ? Vaste programme !

 Mesdames : Regardez donc les schémas que vous reproduisez ! Ecoutez les propos que vous tenez !

 Mesdames, un peu de pitié pour vous et vos consoeurs !

 Mesdames, entendez ma prière :

« Mesdames, qui êtes ici-bas, faites que la sororité ne soit plus un vain mot »

Un commentaire sur “Sororité

Les commentaires sont fermés.